Impresiones francesas sobre los festivales en México

LA TRADITIONNELLE

  A Mexico City, il y a deux très très grands festivals. Le Vive Latino en Mars, et le Corona Capital en Octobre ! ! ! Les points d’exclamation tentent de vous communiquer mon émotion. Jamais je n’ai vu un festival avec une programmation réunissant autant de grosses têtes d’affiche que le Corona. Comment se passe les festivals de musique au Mexique ? D’après mon expérience, plutôt bien. Ou comment allier l’art de faire la fête dans une ambiance musicale !

CC 13 - entrée accueil cut touched
L’entrée du festival Corona Capital, édition 2013

  Les grands groupes se disputent l’affiche, avec entre autre pour la programmation 2013 : Arctic Monkeys, Vampire Weekend, Phoenix, The XX, MIA, Bondie…etc. Trop beau pour être vrai. Le lieu du festival est une énorme piste pour courses de voiture qui ceinture le terrain. Trois grandes scènes et plusieurs chapiteaux couvrent le terrain. D’habitude célébré dans la chaleur, l’édition de cette année a pris un tour plus Glastonbury-esque, laissant les festivalier dans une marée boueuse. Le Corona Capital 2014 ne fut pas en reste, avec Mo, Kasabian, Damon Albarn, Jack White pour ne citer que quelque uns dont les géniaux Hercule and The Love Affair, mon coup de cœur personnel. Et la foule, ça donne quoi ? Des festivaliers heureux d’être là, souriants, de bonne humeur, souvent en grande bande d’amis. Niveau style, il y aura toujours les éternelles jeunes filles aux couronnes de fleurs, les hipsters faisant dorénavant partie d’une caste internationale et le reste, nous. Ceux qui aiment la musique, voir ses groupes préférés joués en live, se laisser submerger par l’ambiance folle d’une journée de concerts en plein air. Le paradis.

CC - mezcal interrogation touched
ça te dis, un petit mezcal ? 

En plus de ça, tu auras droit à des dégustations de mezcal –un alcool distillé de l’agave, qui tire vers le 42°-, de tacos, hamburgers…etc ; dans une aire restauration. Tu auras aussi l’éternelle bière vendue au prix fort. Particularité : tu verras des vendeurs ambulants se balader avec un plateau rempli de gobelets de bières, portés parfois sur l’épaule ou sur la tête, hélant la foule d’un « cervezaaa ». Traversant la masse avant les concerts, il suffit d’appeler un de ces vendeurs pour avoir une bière, plus ou moins fraîche en plein milieu de la fosse. Ça a ses côtés pratiques. Tu verras l’opération se répéter avec des vendeurs de chips, glaces à l’eau…etc. En conclusion, le Corona est un festival rassemblant des stars internationales. L’annonce de ses têtes d’affiche dès la fin du mois de Mai crée l’engouement !

CC - foule touchedTu te sens faire partie de la foule ? Concert de Capital Cities au Corona, edition 2013

L’année finit avec le Corona et…commence avec le Vive Latino ! Tout un tas de groupes du continent Sud de l’Amérique. Au prochain mois de mars, prépares ton billet pour le Vive. Tu en sauras bientôt plus !!

Originally posted 2014-10-16 09:00:28. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas sobre: el Día de la Independencia

En ce mois de Septembre, le Mexique fête son 204ème anniversaire d’indépendance. Cette célébration n’a pas seulement lieu au Mexique : elle est aussi perpétuée par chaque communauté mexicaine dans le monde, comme à Paris par exemple. Les fêtes d’indépendance se prolongent sur deux jours, commençant le 15 Septembre jusqu’au 16 Septembre de chaque année. Le 16 Septembre 1810, le prêtre Miguel Hidalgo prononça un discours appelant le peuple à se soulever contre le régime de la couronne espagnole. Ce discours fédérateur a réussi à rallier les foules et est répété, de nouveau, dorénavant chaque 15 Septembre par le président de la République. Il est appelé le « Grito de Dolores », littéralement « le cri de Dolores » en référence à la ville où il a été prononcé.

dia independencia - paris mexico retouchée

La fête de l’indépendance mexicaine célébrée à Paris.

  Cet événement historique commence par le discours du Président, suivi d’un triple «¡Viva México!» déjà scandé par la foule en 1810 et crié de nos jours. La foule rassemblée se compose de jeunes et de familles, venus tout exprès au zocalo, la place centrale de chaque ville. Le lendemain, au 16 Septembre a lieu un défilé militaire. A cette occasion, il est commun de raviver des éléments de la tradition mexicaine, notamment gastronomique en dinant de plats typiques tels : le pozole (une soupe à base de maïs et viande de porc ou poulet), le chile en nogada, ou encore en savourant des dulces (sucreries). Le  chile en nogada se compose de  chile poblano (un type de poivron doux) farcis à la viande de porc et aux légumes, couverts d’une sauce blanche crémeuse et parsemée de grains de grenade. L’histoire veut que ce plat ait été créé tout exprès par des sœurs d’un couvent de la ville de Puebla en 1821, lorsqu’elles surent l’arrivée de généraux ayant combattu pour l’indépendance. Ce plat porte d’ailleurs les couleurs du pays : le vert du chile, le blanc de la crème et le rouge des grenades.

chile en nogada

Le fameux chile en nogada

  Outre la préparation de plats typiques, les mexicains s’accordent aux couleurs de la bandera, le drapeau mexicain. A cette occasion, le mexicain porte : maquillage, chapeaux, tee-shirts et autres goodies verts, blancs, et rouges. Ainsi il se sentira mexicain et prêt à festoyer au zocalo. J’ai été étonnée par cette vague de couleurs, et d’autant plus par l’enthousiasme des jeunes notamment sur les réseaux sociaux. Comme tout évènement politisé il entraine des débats sur la véracité de participer à cet acte patriotique. La communauté mexicaine à Paris n’était pas en reste : discours de l’ambassadeur, cris du ¡Viva México!, et un concert de mariachis –musiciens traditionnels- venus du Mexique exprès pour la soirée.

14 juillet - paris - 2014

La Tour Eiffel devant les feux d’artifices du 14 Juillet 2014

 J’ai, évidemment fait un parallèle avec notre fête nationale commémorée en France chaque 14 Juillet. Nous célébrons la Révolution Française, la fin de la monarchie absolue et la Première République. Nous avons aussi nos spectacles de feux d’artifice, le bal, un discours du Président assorti d’un défilé militaire et aérien. En revanche, je n’ai pas encore assisté à une jeunesse peinte de bleue, blanc et rouge le jour du 14 Juillet. Nos enthousiasmes les jours de ces commémorations ne se traduisent pas de la même manière.

Originally posted 2014-09-23 10:56:29. Republished by Blog Post Promoter

Septiembre ¿Amor a la Patria?

Mucha es la difusión que se le da al mes de Septiembre, demasiado sonadas son las tradicionales “Noches Mexicanas” con motivo de la celebración de la Independencia de México, felices son los ciudadanos porque ya sea en el trabajo o en la escuela les otorgan el día libre; múltiples vendedores en cada esquina de la ciudad con miles de banderas, moños, rebozos, bigotes y demás objetos representativos de dicha fiesta, diversos y múltiples adornos decorando el Centro Histórico de la ciudad, además de oficinas, escuelas y plazas, pero todo esto ¿Realmente lo podríamos considerar como amor a la Patria? ¿Verdaderamente nos reunimos con familia y/o amigos para festejar cientos de años de libertad? o ¿Simplemente tomamos esta fecha como uno de los múltiples pretextos que existen para hacer fiesta?

En Chulavista Art House A.C. nos dimos a la tarea de preguntar a diversas personas ¿Qué piensan acerca de la fiesta del 16 de Septiembre? ¿Realmente celebramos nuestra libertad o ¿Sólo es pretexto para hacer fiesta?

Daniel Escalante, graduado de la carrera en Administración nos cuenta “Creo que ya está muy distorsionada la costumbre, la mayoría de las personas no saben los acontecimientos, ni fechas, ni nombres de los personajes de nuestra historia, al igual que muchas otras fechas, con tal de enfiestarse, lo demás no les importa”

Diana Gutiérrez, estudiante de la carrera de Comunicación nos comenta “es pretexto, creo que la gente se ha olvidado del verdadero motivo por el cual se celebra y sólo hace festejo para beber o convivir cuando ni siquiera conoce a los héroes nacionales.”

Para finalizar los comentarios de algunos de nuestros ciudadanos Eric Gómez, Diseñador Gráfico nos dice “Aunque ya es sólo un pretexto más para hacer fiesta que realmente un recordatorio de nuestra libertad, es un día que representa mucho para nuestro país, ya que es parte de nuestra cultura y de nuestras tradiciones, es un día en donde se pueden apreciar muchos aspectos representativos de nuestro país tales como la comida, los colores verde, blanco y rojo, el grito en las famosas explanadas, los adornos.”

Es indispensable conocer tanto nuestra cultura como nuestros orígenes, y saber que ambos son parte de nuestra historia ,así como también son la razón por la cual hoy en día estamos aquí y por lo cual, es el momento indicado para desempolvar nuestros viejos libros de historia y empaparnos de nuestras propias tradiciones y  cultura.

Originally posted 2013-09-09 16:39:32. Republished by Blog Post Promoter