De la fantasía a la realidad: El Mesón de los 3 Magos

Una de las historias que ha sido compañera de generaciones una vez más cobra vida y llega a deleitar el paladar del mundo Muggle. Así es, el mundo mágico de Harry Potter está entre nosotros, esta ocasión en El Mesón de los 3 Magos, la nueva propuesta gastronómica que a través de exquisitos platillos nos invita a revivir la historia de aquel niño que logró vencer al mal.

Foto: Jessica Fernández
Foto: Jessica Fernández

 ¿Qué tan común es pasar de la fantasía a la realidad? Las pociones, hechizos y encantamientos ya no sólo forman parte de una de las sagas más exitosas de todos los tiempos, han cobrado vida y llegaron al Distrito Federal.

 El Mesón de los 3 Magos es un proyecto creado por la familia Calles, enfocado en crear un espacio agradable para chicos y grandes retomando la magia que en algún momento pensamos se quedaría en las páginas escritas por J. K. Rowling.

Pizzerola de durazno. Foto de Jessica Fernández
Pizzerola de durazno. Foto: Jessica Fernández

 Cerveza de mantequilla, poción multijugos, jugo de calabaza, ranas embrujadas, alas de Snitch y poción de amor son sólo algunas de las delicias que los comensales podrán disfrutar en esta nueva aventura culinaria que ha llegado.

Foto de Jessica Fernández
Foto: Jessica Fernández
Foto: Jessica Fernández
Foto: Jessica Fernández

 Tras seis meses de planeación, la familia Calles logró convertir su sueño en realidad. Con productos de alta calidad y comida hecha por la madre y el hijo mayor, la que antes era su casa ahora forma parte de la historia del mundialmente conocido mago Harry Potter.

 El Mesón de los 3 Magos está seccionado en cuatro partes. En la primera se incluye todo lo relacionado con el juego de Quidditch, seguido de una sala que simula “La Orden del Fénix”, con el árbol genealógico de la familia Black en la pared, otra donde se recrea el castillo de Hogwarts y la última que incluye cuadros de todos los personajes así como un listón en el cual se podrán poner deseos que dejen cada uno de los visitantes.

Cerveza de mantequilla. Foto: Jessica Fernández
Cerveza de mantequilla. Foto: Jessica Fernández

 Además de ser un lugar dedicado a satisfacer el paladar, El Mesón de los 3 Magos venderá productos oficiales como varitas mágicas, capas y bufandas, entre otros. Cabe destacar que éste es el segundo lugar en la Ciudad de México que ha sacado al mundo mágico de los libros y la pantalla, sin embargo, El Mesón de los 3 Magos no busca competir, al contrario, su servicio es diferente, así como la elaboración de los productos.

 Con precios accesibles y la idea de abrir otras sucursales en un futuro, el lugar estará abierto de lunes a viernes de 12:00 a 22:00 horas y sábados y domingos de 10:00 a 22:00 horas, ubicado en Andorra #16 Col. María del Carmen, en la delegación Benito Juárez (a 7 cuadras del metro Nativitas).

Facebook

 

Originally posted 2014-11-10 09:00:23. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas sobre la comida mexicana: El desayuno

LA TRADITIONNELLE

: Le petit-déjeuner mexicain : qu’est-ce que l’on mange ?

Après un réveil matinal, souvent trop matinal, on se lève l’estomac barboté et l’envie de se recoucher. On attaque par un bol de céréales, du jus d’orange des biscuits et c’est parti !

 C’est peut-être vrai en France, mais au Mexique on considère le petit-déjeuner comme un repas plus complet. Plusieurs options te sont offertes que l’on peut combiner à son choix quand on est gourmand. La liste des plats est longue, je vais présenter ici quelques exemples. Selon la coutume gastronomique mexicaine, on retrouvera les ingrédients principaux tels le maïs, le chili et les céréales. Je t’emmène dans un voyage de nourriture, où plus tu progresses plus de plats apparaissent. Littéralement.

desayuno - san cristobal de las casas
Une assiette de fruits: melon, ananas, papaye, banane parsemé de céréales et plongés dans le yaourt.

 Les restaurants ont souvent un menu  desayuno  (petit-déjeuner) qui comprend un plat à choisir entre œufs ou fruits avec céréales/gaufres et une boisson comme un grand jus d’orange ou jus de pamplemousse. Les mexicains aiment les œufs, et ça se voit à leur menu qui ont en général 4 ou 5 façons de les préparer : revueltos (brouillés), divorciados (deux œufs au plat : un côté recouvert d’une salsa roja et l’autre d’une salsa verde), rancheros (des œufs au plat baignés dans de la sauce tomate accompagnée de chili) pour en citer quelques exemples, ainsi qu’un choix d’omelettes (aux champignons, courgettes…etc.). Les œufs sont accompagnés de frijoles (haricots), tortillas et parfois de riz.

huevos rancheros - desayuno
Huevos rancheros accompagnés de tortilla, chili, salsa verde.

 Parmi les autres options que tu peux croiser dans un menu, tu as: des plateaux de fruits frais recouverts de yaourt et granola, des gaufres parsemées de fruits et coulis, des hot cakes (comme les pancakes que l’on connait), des molletes (des tranches de pains tartinées de frijoles en purée, avec une tranche de fromage), des enchiladas (des tortillas fourrées à la viande recouverte de fromage, crème et salsa) ou chilaquiles (des chips de mais baignées dans du fromage, de la salsa et agrémenté de garniture au choix).  Comme boisson tu commanderas un verre de jus d’orange frais, du café ainsi qu’une variété de pain sucré : concha, cuerno, chocolatin, rollos de canela, crujiente de pina, orejas, pan de elote…etc (je donnerais davantage de précisions dans un prochain article) . Ça a l’air d’un vrai buffet, et c’est le cas quand tu te retrouves devant le menu au restaurant : ta gourmandise se réveille et tu ne sais plus quoi commander entre œufs, gaufres, et autres.

volver - waffles
Gaufres de fruits frais et sucre glace

 C’est le repas typique de sortie au restaurant, le dimanche matin ou quand on a le temps de savourer ce que l’on mange. Les portions et qualités varient selon le lieu, certains restaurants vous offrent des menus plus copieux que d’autre. Ce qui est sûr, on fait le plein d’énergie, heureux d’avoir eu le temps de manger. Egalement, on retrouve les pains dans des boulangeries locales appelées « panaderia » qui servent toutes ces variétés de pains sucrés à prix bas.  Les plats du petit-déjeuner peuvent également être dégustés lors de la « comida » de 14h comme les enchiladas. En revanche, les plateaux et coupes de fruits couvertes de yaourt feront également un bon dessert. On voit dans ce trait de cuisine du matin le côté pratique, protéiné et savoureux de la cuisine mexicaine. Des tortillas chaudes sorties de la tortillería, des sauces doucement relevées et nous voilà heureux.

Crédit photographique: http://www.intermundial.es

Originally posted 2014-04-25 01:24:15. Republished by Blog Post Promoter

Tradición mexicana: El legado tamalli

 Elisa recuerda a su padre fuerte y geniudo, por ratos amoroso, por ratos alegre, pero sobre todo sabio sobre la vida. Cuando tenía once años, sus trece hermanos y sus padres la olvidaron afuera de la tienda donde vendía lo que les daba de comer todos los días, a sus cuarenta y cinco años lo recuerda con melancolía, se le dibuja una sonrisa en la cara y suspira.

 Rubén, su hermano mayor, dice que su padre se robo a su madre en la ciudad de México a los quince años, don Jacinto trabajaba para la familia de ella y fue ahí donde aprendió el oficio, a su regreso a la ciudad de Puebla Jacinto y Enriqueta, se establecieron para comenzar a escribir la historia de sus vidas y la de toda una generación de hombres y mujeres dedicados a mantener lo que para don Jacinto fue más que un negocio; para él fue su estilo de vida, su legado, un arte, que como todas muchos dicen conocerla, pero pocos saben hacerla.

 Es un platillo exclusivo del continente americano, predominante en las culturas que habitaron México, quienes llevaron a otras los distintos modos de cocinar y comer el maíz; tenía gran importancia cultural y gastronómica, se servía en ceremonias especiales debido a que su elaboración era de gran esfuerzo, solo comido por los nobles y los sacerdotes. Son salados y dulces, de diversos sabores, con presentaciones diferentes y presentes en las tradiciones.

 Sergio dice que todos sus hermanos, incluyéndolo a él, comenzaron a trabajar muy chicos. Para don Jacinto y doña Enriqueta su jornada laboral comenzaba a las 5:00 a.m, ella ponía a hervir el maíz hasta que estuviera cocido, después iba al molino para traerlo hecho polvo, entonces don Jacinto batía la manteca, el polvo de maíz, junto con sal  o azúcar y agua hasta lograr una consistencia espesa y esponjosa. Luego de casi trece horas de trabajo, el resultado se manifiesta, el aroma se libera mientras el proceso de cocción concluye, una nube de vapor se desprende cuando el recipiente se destapa; después de esperar a que se enfríe un poco, se desenvuelve, entonces miras la textura porosa, saboreas el contenido sin probarlo aún y decides llevar un bocado a tu boca.

 Tamal 1El origen de su nombre proviene del nahuatl tamalli que significa envuelto, en el continente americano tiene infinidad de nombres, en Belice se denomina bollo, en Venezuela hallaca, en Honduras montucas, en México como en la mayoría de los países se les conoce como tamales; es un platillo que tiene de quinientos a cinco mil tipos de tamal y con diferentes nombres según el estado o la región donde se elabore; algunas ciudades  festejan la feria del tamal, que es un orgullo y un arte para las familias que día a día elaboran con sus manos este manjar, que en la antigüedad era ofrecido a los dioses. Don Jacinto y doña Enriqueta dejaron su ausencia en su hogar, ahora sus hijos y sus nietos, se dedican a seguir escribiendo lo que una vez ellos comenzaron.

Originally posted 2013-08-05 16:15:46. Republished by Blog Post Promoter

Gatos para la cena

El humor y la inocencia son lo que caracteriza el arte de Ohara Lane. En sus múltpiles facetas como: multinstrumentista, directora de arte, compositora, diseñadora de modas y autora de libros infantiles (entre otras cosas) ella ha sabido utilizar el humor como una de sus tácticas creativas más emocionantes. El estilo divertido de Ohara sobresale como ilustradora y artista gráfica, el innegable talento de esta chica originaria de Hollywood se refresca constantemente dando siempre un resultado que inevitablemente arranca una sonrisa.  Su más reciente obra no es la excepción y tiene como protagonistas a una serie de gatos personalizados en comida, siendo la representación perfecta de su personalidad polifacética; a veces infantil o a veces sarcástica pero nunca aburrida.

Chequen cada una de sus contrastantes obras en su página.

Artist illustrator Ohara Hale

Artist illustrator Ohara Hale

Artist illustrator Ohara Hale

Artist illustrator Ohara Hale

Artist illustrator Ohara Hale

 

Todas las imágenes son propiedad de Ohara Hale

Originally posted 2013-02-07 17:37:31. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas sobre: el nopal

LA TRADITIONNELLE

Une découverte a été de goûter une salade de nopal. Installée au restaurant, dans une cantina aux tables larges et partagées avec les autres clients, j’ai pu découvrir ces tranches vertes couleur poivron  en accompagnement de mon tacos.  En effet, dans un tacos on peut mettre de tout : du riz, des pommes de terre, de la viande, des haricots…et ce dérivé du cactus, le nopal. Originaire du centre aride du Mexique, le nopal s’étend en forme de palettes larges et épineuses au bas du cactus, qui peut mesurer jusqu’à 3 mètres de hauteur. Les fleurs de la plante sont également comestibles, appelées tuna. Afin de consommer le nopal, il faut lui retirer ses petites épines en coupant au ras de la palette, ce que j’ai pu constater en démonstration live au marché.

nopal y tuna     nopal paleta

Le nopal et ses fruits, le tuna. Les palettes de nopal une fois coupées du cactus.

 On peut le cuisiner frais en salade avec du fromage panela de lait de vache, grillé et recouvert d’haricots et fromage frais, cuit avec des œufs : les possibilités sont larges. Dans mon expérience, j’ai souvent goûté le nopal cuit coupé en fines tranches agrémenté de fromage et d’oignons, en accompagnement à un plat de viande. Le nopal est consommé régulièrement par tous les mexicains, et de fait représente une part importante de l’agriculture: il est cultivé dans 18 des 31 etats qui composent le Mexique.

nopal asado ensaladaUne salade de nopal fraîche: fromage panela, nopal grillé avec ses dés de tomates 

 Elevé au niveau de symbole, le nopal est utilisé dans le drapeau mexicain. Y figure l’aigle, symbole d’une divinité pré-hispanique posé sur une ribambelle  de petits nopals en fleurs. Le nopal représente ce qu’il y a de plus mexicains. De fait, il est utilisé comme proverbe:  « ser más mexicano que el nopal» soit, ‘plus mexicain qu’un nopal’, ce qui définit une personne comme 100% mexicaine.

Originally posted 2015-02-10 23:58:35. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas, sobre la comida mexicana: La Torta

La traditionnelle:

 Cette semaine, nous changeons du mais (voir l’article sur le tacos) pour nous pencher  sur la torta. La photo peut vous sembler familière, ça ressemble à quelque chose que l’on connait bien: le pain !

 On tranche en deux, et on aujoute ses combinaisons au choix. Tout comme le tacos, l’originalité est infinie. On joue sur la viande, le fromage, les sauces, les légumes frais et on peut la recouvrir de sauce jusqu’à la paraitre noyée ce qui donnera une torta ahogada.

Torta de la calle - San Miguel de Allende

 Commençons par le pain. C’est un petit pain de forme ovale, avec beaucoup de mie appellé “bollilo”. Très peu cher, on peut le dénicher à 1 peso dans les supermarchés. Ensuite, on peut se tourner vers une torta plus ou moins garnie selon son appétit. Pour la classique de l’en-cas du matin de 10h30, on choisira une torta à base de jambon. avocat, tomate fraiche, et un peu de mayonnaise.

Torta de la calle: viande hâchée, pomme de terre, carottes, salade , fromage et sauce tomate.

 Si on a très faim à l’heure de la comida vers 14h, on se jettera sur une torta cubana fourrée avec 7 variétés de viande: saucisse, steak, milanesa -viande panée-, cuisse de poulet et autres surprises. On ajoute du fromage de Oaxaca, du queso amarillo (littéralement, “fromage jaune”) et on dévore ! Bien sûr on arrosera de citron et salsa picante avant dégustation.

Torta ahogada

Tout comme le tacos, la torta se savoure dans des lieux plus ou moins chics. On peut se détendre dans un petit restaurant de rue, installée à une table en extérieur. A l’opposé, on peut aller jusqu’à essayer une torta revisitée dans un restaurant chic de Polanco.

Torta ahogada: le pain est recouvert de sauce tomate, le rendant plus moelleux.

La liste des variétés de torta est longue, se déclinant en spécialité selon les lieux où on la goûte. On la mange à tout heure, tout au long de la journée comme un tamal. Vous ne savez pas encore ce que c’est ? Un en-cas qui remplirait n’importe quel estomac, fait à base d’une polenta de mais. Il vous attend pour la prochaine semaine.

 

 

 

Originally posted 2014-03-28 01:09:05. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas sobre la comida mexicana: El Chile

Quand on te dit le mot “Mexique”, à quoi penses-tu?

 On évoquera la chaleur, les sombreros, de mystérieux homes à moustaches cachés dans le désert ardent…pour tous ceux qui ont foulés le sol mexicain et plus spécialement entré dans un restaurant mexicain, ça sera la fameuse question « Pica (ça pique) ? » qui vous viendra à l’esprit.

salsas - limones - el tizoncito retouchée

Les sauces rouge, verte, et sucrée que tu croiseras sur ton chemin dans une taqueria.

 Premières impressions dans un restaurant mexicain : des coupelles de sauces en dégradées de vert et de rouge qui ont l’air de me regarder. En suivant les conseils de l’ami mexicain vient la dégustation : une petite cuillère à café sur le dos de la main de chaque sauce et… ça arrache ! Première conclusion : les sauces vertes piquent davantage que les rouges. Les pots contenant des tomates et oignons en dés ne sont pas moins piquants : le chile y est finement coupé, ce qui le ferait presque passer pour une herbe aromatique le traitre. Tu apprendras que quelques gouttes de la sauce de ton choix suffiront largement à relever le goût de ton tacos et autre plat.

salsa de chile de arbol

Un exemple de salsa: sauce au chile de árbol frais

 Souvent présentées dans un assortiment de deux à quatre voir cinq variétés, les sauces sont obligatoires à chaque table. Verte claire, plus foncée, rouge, ou caramel les sauces sont composées de tomate rouge ou verte, oignons, ails et de chile frais, séché, cuit…les combinaisons sont multiples. Tous types de chile sont utilisés, du habanero, au serrano, morita…etc. C’est en effet un des trois piliers de la gastronomie mexicaine, qui va de pair avec le maïs, et les haricots noirs (frijoles). Cultivé et utilisé depuis l’époque préhispanique, le chile est l’élément principal de plat traditionnel comme le mole : un savoureux mélange de chile, d’épices et de cacao. Le plat compte une trentaine d’ingrédients.

mole poblano - ft frijoles

 

Un plat préparé à base de mole de la ville de Puebla, accompagné de frijoles, riz et tomate fraiche.

 La coutume de manger du chile à chaque repas a donné naissance à quelques expressions comme « s’enchilarse » : s’enchiliser -littéralement-, apprécier le goût du chile jusqu’à avoir les yeux rouges et larmoyants, des couleurs aux joues, puis le stade ultime : avoir mal aux oreilles. Un vrai plaisir pour certains, où on m’a conté l’histoire d’oncles heureux et larmoyants de « s’enchilarse » lors de repas familiaux. Le chile est d’ailleurs comparé à la virilité masculine. Comment ? Sa force, vigueur et la bravoure nécessaire à le manger ferait écho à des attendues qualités masculines.

  Finalement, le chile garde une importance culinaire primordiale : comme avait déclaré Bartolomé de las Casas « Sans chile, les mexicains ne croient pas qu’ils mangent. » 

Originally posted 2014-09-09 11:18:42. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas sobre la comida mexicana: La cochinita pibil

LA TRADITIONNELLE

Comme vous le savez, le tacos est l’un des plats emblématiques du Mexique. Sa fine tortilla de maïs est garnie de viande, recouverte de salsa à base de chile et agrémentée, au choix, de : ananas, fromage, oignons, nopal (le cactus), haricots…etc. J’ai eu la révélation de mon tacos-préféré-de-tout-les-temps : celui dégusté à une fête familiale d’une amie mexicaine, avec la tortilla fait maison et fourré de cochinita pibil. Un délice !

cochinita pibil

Un plat de cochinita pibil présenté sur gojee.com.

 Qu’y avait-il dans ce fameux tacos ? Vulgairement parlant, j’ai senti les saveurs de viande de porc mariné à l’orange qui en faisait un plat sucré-salé. Ça m’a rappelé les plats de ma grand-mère vietnamienne d’ailleurs, ce goût sucré-salé si typique dans des plats comme le bœuf à la citronnelle. Savamment parlant, c’est une histoire plus complète que je vais vous présenter.

Yucatan - mexico

Le .Yucatán, une région sur la péninsule à l’ouest du Mexique

 La cochinita pibil est un plat originaire de la région de Yucatán, à l’ouest du Mexique. Cette région est réputée pour sa gastronomie aux influences mixtes: à la fois maya, avec des éléments espagnols.  C’est en effet par le Yucatán qu’ont débarqué les espagnols sur le sol mexicain. Ils ont également amenés avec eux le porc, qui n’était pas dans les habitudes culinaires de la région.

 Le mot maya « pibil » fait référence à une cuisson « enterrée ». Le pibil est une technique de cuisson d’origine préhispanique : cela consiste à placer la viande préalablement emballée dans des feuilles de bananes dans un four créé en creusant la terre. La cuisson est lente, et la viande cuit ainsi toute une nuit grâce à la chaleur des braises. Le four est recouvert le temps de la cuisson afin de garder la chaleur -et les saveur- dans le plat.

cocina pibil

Un plat de cochinita enroulé dans ses feuilles de bananes. Le plat est placé dans le four qui sera recouvert pendant une nuit.

 On ajoute à la viande plusieurs ingrédients qui donneront toute sa saveur. Le premier ingrédient en terme de quantité sont les achiote, graines d’un fruit tropical au goût qui se rapproche des cacahuètes, puis le second principal ingrédient;  du jus d’orange mélangé à du vinaigre. Ensuite on termine par diverses épices telles : feuilles de laurier, cannelle, poivre, ail, origan, du chile guarillo. Le résultat est très parfumé, avec une viande très tendre grâce à la lente et diffuse cuisson. Tu dégusteras la cochinita pibil accompagnée de cebolla morada –oignons à l’extérieur violet- et de chile habanero. Tu la découvriras en tacos, en panuchos (garniture posée sur une tortilla de mais frite, également originaire du Yucatán), même en tamal. La cochinita pibil est bonne partout !

cochinita pibil - tacos tresDes tacos de cochinita pibil prêt à être dévoré. Ils sont recouverts d’oignons et on ajoutera du jus de citron.

 La cochinita pibil m’a suivi jusqu’en France, où je l’ai croisé sur le menu d’un food truck mexicain. Ce sera sûrement l’opportunité de goûter un tacos de cochinita et, qui sait,  le résultat d’une prochaine note.

Originally posted 2014-09-30 09:56:22. Republished by Blog Post Promoter

Impresiones francesas sobre la comida mexicana: Los dulces.

LA TRADITIONNELLE

La première fois que l’on m’a proposé des bonbons, j’ai accepté avec joie. Mon sourire s’est quelque peu fané lorsque je vois un morceau de mangue séché couvert de poudre rouge. Point décontenancée, je goûte et…après le passage de la sensation piquante dans la bouche, le palais reste acidulé. J’en suis toute émue. On m’apprend que cette poudre parsemée est du chile piquín: le goût est légèrement piquant et apporte une saveur acidulé au fruit.

 

candy - pelon pelo rico zoom

Une des friandises communément vendue en supérette, à base de tamarindo sucré et chile acidulé.

 Pourquoi autant de variété de bonbons et friandises ? Un tour dans un rayon de supermarché ou d’un OXXO nous offre toujours un large choix.  Dans toute cette offre, on note les pulparindo, pelon pelo rico et autres marques sucrées. On remarquera que les principales friandises sont à base de tamarindo qui est un fruit tropical, et se présente sous forme de pâte marron dans ces sucreries.

dulces mexicanos - retouchée

Au rayon friandises: des fruits déshydratés recouverts de chile.

 Les goûts sont toujours très sucrés, puis piquant. On note plusieurs types de bonbons, dont une large catégorie d’ingrédients « enchilados », c’est-à-dire couvert de chile. Un bonbon rouge et légèrement gluant est chose commune, d’ailleurs le chile en poudre ne s’arrête pas aux bonbons : il conquiert les chips et les légumes frais, toujours comme assaisonnement. Une autre sauce très populaire qui recouvre les bonbons et autres snacks salés est le « chamoy » : à base de fruits déshydratés, sucre, sel, vinaigre et eau avec une saveur inexprimable entre le sucré, piquant et acidulé. Un parfait exemple est le mangoloso, des morceaux de mangues trempés dans le chamoy et qui ont une consistance assez tendre et élastique.  

candy - mangoloso

Un mangoloso: de la mangue baignée dans la sauce chamoy.

 Ces sucreries sont consommées tout au long de l’année, et ravirait n’importe quel mexicain. En revanche, il existe aussi une autre catégorie de dulces traditionnelle, spécialement consommés lors de fêtes nationales. Par exemple durant le mois de Septembre, où l’on fête le 15 l’indépendance du Mexique: ¡Viva México! A cette occasion, on prépare des sucreries à base de miel, sucre, confiture de lait, maïs, amarante et graines de citrouille…etc. Le sucre sert également à glacer les fruits. Ces façons traditionnelles de créer les confiseries ont des racines historiques qui remontent à l’époque pré-hispanique. Ce sera là le sujet d’un prochain article ! Les aspects les plus anodins d’une culture culinaire peuvent nous la faire aimer ou détester dans son ensemble. J’ai embrassé les bonbons mexicains, je suis prête pour davantage d’aventures culinaires.

Impresiones francesas sobre la comida mexicana: El pan dulce

LA TRADITIONNELLE

Aujourd’hui, comme lors d’une  de mes nombreuses pauses goûters gourmandes j’ai pensé à mon en-cas préféré, notamment selon le critère quantité/prix. J’ai nommé : le pain. Je fus très heureuse d’apprendre que ce n’est pas qu’une spécialité française.

 De toutes les tailles et de toutes les formes, j’ai d’abord été surprise en découvrant le rayon boulangerie dans un supermarché. Sur plusieurs rayons étaient exposés : brioches, pains, croissants, pains fourrés et une montagne de petites viennoiseries. Je cite quelques exemples : les orejas (oreilles, qui ressemblent à nos biscuits palmiers), le cuerno  (qui a la forme de notre croissant),  ou encore la concha (qui signifie « coquillage ») remplissaient des plateaux. A ces belles étagères de brioches dorées s’ajoutent des étalages de muffins, cupcakes, et autres petits gâteaux glacés.  

panaderia - esquina de miriam bis edited

Un des rayons d’une panadería (boulangerie).

 Curieuse, je me suis demandée comment le pain s’est retrouvé au Mexique. J’ai ainsi découvert que la préparation de pain à base de farine de blé est une habitude amenée d’abord par les conquistadors espagnols, et fut un des premiers plat étrangers incorporé à la culture locale. Les mexicains se servirent ensuite de cette base et créèrent leurs propres recettesLa fabrication de brioche aux formes variées s’inspirent directement des viennoiseries amenées par les Français, tels les croissants et les palmiers. Les noms donnés correspondent aux formes, aux couleurs et certains noms font échos à la culture locale. Le pan dulce est consommé régulièrement au petit-déjeuner et lors de la pause goûter: il se marrie très bien avec une boisson chaude où l’on pourra tremper son pain.

pan dulce - danes edited

Une danés aux fruits rouges, miam.

 Il est toujours étonnant de pouvoir choisir entre –au minimum- une variété de vingt pains différents. On hésite, on se tâte, on découvre, on aime et on finit par connaitre toute l’offre de la panadería. Selon l’envie on se laisse tenter par une danés : un feuilleté garnis au centre de fruits rouges, une roca : un pain sucré petit, couvert de noix et dur comme un rocher ou encore pour un dona, le « doughnut » mexicain délicieusement glacé. Le « pain sucré » est aussi disponible dans de petits commerces dispersés près de zones à passage ou pavillonnaires. Les prix varient entre 3 et 10 pesos pour une pièce de pain ou de viennoiserie, soit entre 20 et 60 centimes d’euro. Avant tout, il était et est toujours vendu par des vendeurs ambulants, qui disposent de grands paniers remplis de pains chauds à l’avant de leurs vélos.

  pan de muerto - cafe - macaron edited

Un pan de muerto posant avec un macaron et un cappuccino.

 Les pains sucrés sont à l’honneur lors de fêtes religieuses telles l’arrivée des Rois Mages et la Fête des Morts. En ces occasions, différents modèles de pains sucrés ont été créés. Par exemple, pendant la Toussaint il est courant de voir dans les boulangeries (ainsi qu’au rayon pâtisserie de Starbucks) le pan de muerto, autrement dit le pain des morts. Il fait référence à la tradition aztèque de placer de la nourriture sur la tombe des défunts, afin qu’elle les accompagne lors de leurs voyages dans l’au-delà. On le trouve sous forme de crâne, de croix…etc. Légèrement sucrée, la pâte est légère et peut être agrémentée de pépites de chocolat. J’en ai conclu que le Mexique a su adopter une tradition étrangère au goût local tout en parvenant à la faire innover avec succès.

Impresiones francesas, sobre la comida mexicana: goûter au marché

EXPÉDITION EXPRESS:

Cette semaine j’ai eu le plaisir de visiter un des nombreux marché de Mexico City, appelé de par sa localisation: le marché de la lagunilla. Commençons par le commencement, après un samedi génial passé au Vive Latino, un des plus grands festivals de l’année à Mexico City, j’avais envie de calme pour le dimanche et surtout une grosse faim à rassasier. Où aller?

 Accompagnée d’une amie mexicaine, nous nous aventurons finalement dans le tianguis (marché) de la lagunilla, situé au métro Garibaldi. A la sortie du métro nous attendent stands, boutiques, tables posées sur le trottoir.

pizza lagu 04
On commence par étaler la pâte fait maison…

 On commence le parcours et après avoir passé plusieurs stands de chaussures, tee-shirts et shorts en jeans nous arrivons à l’espace nourriture. Premier essai, une table couverte de gâteaux au chocolat, gâteau aux tres leches, ainsi qu’un dessert nommé imposible : un flan recouvert de chocolat, une merveille ! Quelques quiches et un énorme plat de lasagne étaient également à disposition. Le tout fait par la personne en charge et réchauffée à la demande.

 Après une dégustation rapide de lasagne, je me dirige vers le marché. C’est un grand espace comme les marchés couverts, avec des coins restaurations et notamment beaucoup approvisionnent le consommateur assoiffé en jus de fruits frais. On se voit servir un grand verre en plastique remplis de fruits frais additionné de yaourt, de céréales selon le goût, ainsi que des mélanges de fruits et d’herbes mixées ensemble. Ce jour-là entraînée par mon amie mexicaine j’optais pour un litre de jus d’ananas avec de l’alfalfa –luzerne et du citron.

pizza lagu 02
Pizza aux aubergines, tomates fraîches, fromage de chèvre et la touche finale: un peu d’origan

 Je continue l’exploration du marché : j’ai eu la bonne surprise de rencontrer quelques créateurs qui faisaient eux-mêmes leurs sacs-à-dos en tissus ainsi que quelques vêtements pour femmes. Il est commun d’aller de tianguis  (marchés) aux bazaars (salons) plus chics de la Roma vendre ses créations et ainsi rencontrer son public.

 Finalement, verre de jus à la main je me dirige vers un stand assez agité : une mini-pizzeria. Sous mes yeux, le cuistot fait valser la pâte, étale la sauce tomate, ajoute les ingrédients, passe le tout dans le four ambulant et voilà ! Sans oublier la touche finale d’herbe type origan et c’est prêt à déguster. En discutant un peu avec les autres travailleurs de la pizzeria (deux serveuses et une autre pizzaïolo), j’apprends qu’ils font leurs pâtes eux-mêmes et que les légumes utilisés dans la garniture proviennent de leurs jardins. Convaincue au niveau du palais par le goût peu salé de la pâte, légère, le fromage de chèvre délicieux et le fait que je puisse avaler une part après une portion de lasagne j’étais d’autant plus convaincue par le discours.

Cette pizzeria se balade de marché en marché, et possède également un local à côté de la lagunilla. Comme dirait mon amie mexicaine, “Hoy no comimos, Hoy tragamos” ! Ce qui se rapproche de “Aujourd’hui nous n’avons pas mangé, nous nous sommes gavées” !